Ma vie comptée

Si ma vie m’était comptée, pesée sur une balance,
J’y verrais trop de temps passé dans l’insouciance.
Je compterais les grains de ces instants utiles,
Je viderais le tiers en paroles inutiles.

Si l’aurore me disait “Voici ton dernier jour!”
J’irais semer l’amour où j’avais mis l’indifférence,
Dire a ceux qui comptent quelle était leur importance,
Déchirer les cieux de cris de repentance.

Je verserais des larmes à ne plus pouvoir pleurer,
Je dirais “Mais pourquoi? Tant de choses à donner!”
J’ai le coeur trop rempli de choses trop précieuses,
Pour rester enfouies là où ma tombe se creuse.

Devant mon Créateur, je sais, j’aurai raté
Ce qu’il m’avait donné, je ne devais pas le garder.
Ce qui me reste a faire en attendant ce jour,
Vider toutes mes affaires, donner tout mon amour.

Publié dans : ||le 2 juin, 2009 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

Les quatre elements |
El Carmo |
Fictions de crise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poesie diverses
| isefra
| Plume d'enfants