Haine

Le sang gonfle mes tempes, je suis rempli de hargne
L’idée d’un meurtre me tente : que Dieu les épargne
Rancœur et amertume font bouillir mes entrailles
La haine me consume : je sens que je déraille

Main crispée sur la lame, je me fais des entailles
Je sens comme des larmes, mais ce n’est qu’un détail
Mes lèvres me font mal mais ma douleur perdure
Cela semble normal que je me défigure

Lentement je me blesse, la rage me dévore
Si ma souffrance cesse, que m’importe mon corps
Vision teintée de rouge, dans mon cœur rien ne bouge

J’enfonce encore la dague, et mes pensées divaguent
Mais il est toujours là, tapi au creux de l’âme
Ce profond désarroi aujourd’hui me réclame

Publié dans : ||le 2 juin, 2009 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

Les quatre elements |
El Carmo |
Fictions de crise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poesie diverses
| isefra
| Plume d'enfants