Toute

Toutes tes tentations, toutes tes sollicitudes
Rythment tes palpitations au gré de ta solitude
Toutes tes fréquentations, toutes ces multitudes
Pour nourrir tes passions, servir ton ingratitude

Toutes tes manigances, toute ta malveillance
Toute ta concupiscence fixent cette cynique cadence
Tu disposes de leur corps au mépris de leur femme
Tu nourris leurs remords, tu t’amuses de leur drame

Tous tes talents, cet art qui enivre les sens
Pour des relents d’une éphémère jouissance
Toue cette prestance, ce pouvoir dont tu te vantes
Pour une pitance de douceur évanescente

Toute cette cruauté, cette amère méchanceté
Toute cette diligence pour poursuivre ta vengeance
Vider ses entrailles d’un enfant non désiré
Ce n’est qu’un détail si tu laisses un homme brisé

Toute ta vie, tes tripes pour chasser de ton esprit
L’image de ce type qui t’a torturée toute une nuit
Du sang partout dans cette scène
Coulait abondamment de tes veines

Toute cette douleur, ces coups, ces mutilations
Ont une saveur que seule effacent les lamentations
De ces hommes victimes de ta macabre danse
Exutoire infime d’une infinie souffrance.

Publié dans : ||le 2 juin, 2009 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

Les quatre elements |
El Carmo |
Fictions de crise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poesie diverses
| isefra
| Plume d'enfants